Communiqués de presse

Contact médias

Pour toute demande d'information, veuillez communiquer avec Debbie Cabana au +1 514 987-1616, poste 4662 ou Debbie.Cabana@
transat.com
.

Pour toute demande d’information concernant les produits, les destinations ou les voyages de presse, cliquez ici.

Transat A.T. inc. - Résultats du quatrième trimestre et de l'exercice 2016

Pas d'été record en 2016

Pour les activités poursuivies, au quatrième trimestre :

  • Revenus de 612,1 millions $, par rapport à 634,0 millions $ en 2015.
  • Résultat d'exploitation ajusté1 de 46,5 millions $, par rapport à 70,8 millions $ en 2015.
  • Résultat net ajusté3 de 24,2 millions $, par rapport à 44,6 millions $ en 2015.
  • Vente des filiales Transat France et Tourgreece pour un prix de 63,4 millions € (93,3 millions $).

Pour les activités poursuivies, durant l'exercice :

  • Revenus de 2,9 milliards $, par rapport à 2,9 milliards $ en 2015.
  • Résultat d'exploitation ajusté1 de 25,8 millions $, par rapport à 100,6 millions $ en 2015.
  • Perte nette ajustée3 de 15,5 millions $, par rapport à un résultat net ajusté3 de 45,9 millions $ en 2015.

MONTRÉAL, le 15 déc. 2016 /CNW Telbec/ - Transat A.T. inc., l'une des plus grandes entreprises de tourisme intégrées au monde et le chef de file de l'industrie des voyages vacances au Canada, a enregistré des revenus de 612,1 millions $ pour le trimestre terminé le 31 octobre 2016, par rapport à 634,0 millions $ en 2015, en baisse de 21,9 millions $ ou 3,5 %. La Société affiche un résultat d'exploitation ajusté1 de 46,5 millions $ par rapport à 70,8 millions $ en 2015, et un résultat net attribuable aux actionnaires de 34,9 millions $ (0,95 $ par action de base et dilué), par rapport à 69,1 millions $ (1,82 $ par action de base et dilué) en 2015. Excluant les éléments non liés à l'exploitation, Transat affiche un résultat net ajusté3 de 24,2 millions $ (0,66 $ par action) pour le quatrième trimestre de 2016 par rapport à 44,6 millions $ (1,18 $ par action) en 2015.

« La difficulté de reproduire un nouvel été record en 2016, que nous avions anticipée au trimestre précédent, compte tenu d'une offre globale très supérieure à l'an dernier, s'est confirmée. Nous concluons un été satisfaisant en soi, mais insuffisant pour compenser un hiver particulièrement difficile, ce qui se traduit sur l'année par une légère perte nette ajustée, à hauteur de 0,5 % du chiffre d'affaires. » a déclaré Jean-Marc Eustache, président et chef de la direction.

Faits saillants du quatrième trimestre

La Société a enregistré des revenus de 612,1 millions $ par rapport à 634,0 millions $ en 2015. La diminution de 21,9 millions $ (3,5 %) est principalement attribuable aux diminutions des coefficients d'occupation de 3,6% et des prix de vente moyens de 8,9 % sur le marché transatlantique, le principal marché pour cette période. Le nombre de passagers était en hausse de 3,4 %. Sur ce marché, la capacité déployée par la Société était supérieure de 7,4 % à celle de 2015, alors que la capacité globale affichait une hausse de près de 14 %. Sur le marché des destinations soleil, les prix de vente moyens ont affiché une hausse de 3,7 %, la capacité déployée par la Société était supérieure de 5,0 % à celle de 2015 et le nombre de passagers en hausse de 2,2 %.

Les activités poursuivies se sont soldées par un résultat d'exploitation ajusté1 de 46,5 millions $, comparativement à 70,8 millions $ en 2015. La diminution résulte principalement de la baisse des coefficients d'occupation et des prix de vente moyens, qui n'a pu être entièrement compensée par la baisse du carburant et les efforts de réduction de coûts. La baisse des coûts du carburant, une fois combinée à la dépréciation du dollar vis-à-vis du dollar américain, a entraîné une diminution des charges d'exploitation de 12,9 millions $ sur le marché transatlantique.

Ocean Hotels, entreprise dont Transat détient 35 %, a contribué à une augmentation de la perte nette de 4,3 millions $ pour le trimestre comparativement à une augmentation du résultat net de 1,6 million $ en 2015. Cette diminution, en dépit d'une meilleure profitabilité des opérations, découle de l'enregistrement d'un écart de change à la suite de la conversion des états financiers en dollars et de la comptabilisation d'un recouvrement d'impôts en 2015. Cette participation représentait pour la Société un actif de 97,7 millions $ au 31 octobre 2016, déduction faite du dividende de 9,1 millions $ reçu au cours de l'exercice, comparativement à 97,9 millions $ au 31 octobre 2015. 

Faits saillants de l'exercice

La Société a enregistré des revenus de 2,9 milliards $, comparativement à 2,9 milliards $ en 2015, et un résultat d'exploitation ajusté1 de 25,8 millions $, par rapport à 100,6 millions $ en 2015. La Société a augmenté son offre sur le marché des destinations soleil de 4,5 % durant l'hiver et de 6,2 % sur le marché transatlantique durant l'été. Tous marchés confondus, pour l'exercice, le nombre de voyageurs a augmenté de 5,5 %.

Les résultats de la saison d'hiver de la Société ont été marqués par les craintes suscitées par le virus Zika, une menace de grève des pilotes d'Air Transat, un ralentissement de la demande dans l'Ouest et une concurrence accrue. De plus, la dépréciation du dollar vis-à-vis du dollar américain, combinée à la baisse des coûts du carburant, a entraîné une augmentation des charges d'exploitation de 49,0 millions $ sur les forfaits sud. Près de 60 % de cette augmentation a été compensée par les efforts de réduction de coûts et par l'augmentation des prix de vente moyens. L'ensemble de ces facteurs a empêché une amélioration de la profitabilité.   

Pour la saison d'été, la diminution du résultat d'exploitation ajusté1 découle principalement de la baisse des coefficients d'occupation et des prix de vente moyens sur le marché transatlantique, conséquences de l'augmentation de la capacité globale de 14 %, partiellement compensée par la baisse des coûts du carburant, dont l'effet combiné à la dépréciation du dollar vis-à-vis du dollar américain a entraîné une diminution de nos charges d'exploitation de 28,3 millions $ sur le marché transatlantique. Les éléments spéciaux ont également contribué à la diminution du résultat d'exploitation.

Pour l'exercice, Ocean Hotels a contribué 6,3 millions $ aux résultats de la Société, comparativement à 7,0 millions $ en 2015. Cette diminution découle d'une perte de change, atténuée par une meilleure rentabilité opérationnelle.

Au cours de l'exercice terminé le 31 octobre 2016, la Société a enregistré une charge de dépréciation d'actifs de 79,7 millions $ sur certaines marques de commerce et sur le goodwill. La charge de dépréciation de 15,8 millions $ liée aux marques de commerce, comptabilisée au cours du deuxième trimestre de la Société, découle de la mise en place d'une nouvelle plateforme de réservation qui, en Europe, favorise l'achat de sièges directement chez Air Transat, plutôt qu'auprès des filiales européennes. Elle reflète également un recentrage sur la marque Transat, lequel a entraîné l'élimination de certaines autres marques. Au 31 octobre 2016, des changements importants dans l'environnement dans lequel la Société exerce ses activités, tel que des hausses importantes de capacité sur les marchés (et leurs effets sur les prix de vente et les coefficients d'occupation), de la volatilité à l'égard des devises et des prix du carburant et la détérioration récente des résultats de la saison d'été ont amené la direction à revoir ses hypothèses de flux de trésorerie futurs et ainsi à effectuer un nouveau test de dépréciation du goodwill. Conséquemment, la Société a comptabilisé une charge de dépréciation de son goodwill de 63,9 millions $ au quatrième trimestre.

Plan stratégique et initiatives liées aux marges

« Nous avons réalisé des avancées importantes dans la mise en œuvre de notre plan stratégique, particulièrement en ce qui concerne la simplification de notre distribution en Europe et notre présence sur internet. Nous sommes à présent prêts à passer à la phase suivante, c'est-à-dire à procéder à une acquisition dans le domaine de l'hôtellerie dans le Sud, avant, dans un troisième temps, de nous tourner vers les Etats-Unis. » a expliqué Jean-Marc Eustache. « L'année qui vient de s'écouler a été difficile sur le plan des résultats, mais particulièrement fructueuse pour l'avancée de notre plan de transformation. »

Dans cette optique, la Société a amorcé une réflexion stratégique et des discussions avec son partenaire, les Hôtels H10, quant à sa participation de 35 % dans Ocean Hotels. Au cours des prochains mois, la Société évaluera s'il est préférable de hausser sa participation à 100 %, ou de la céder à son partenaire, qui détient les 65 % restants, en vue de disposer des capitaux pour d'autres investissements. L'objectif de la Société est dans tous les cas de contrôler son unité hôtelière. La Société devrait être en mesure d'annoncer son choix dans les mois à venir et n'entend pas faire d'autres commentaires d'ici là.

Pour mémoire, Ocean Hotels détient 3 hôtels en propre qui représentent 1 600 chambres et gère 4 hôtels à Cuba, qui représentent 2 000 chambres. L'entreprise a comme objectif d'atteindre 5 600 chambres d'ici 2019 dans une combinaison d'hôtels gérés et détenus en propre.

Comme prévu dans son plan annoncé au premier trimestre de 2015, la Société poursuit ses efforts de réduction de coûts et d'amélioration des marges unitaires visant un total d'au moins 100 millions $ sur trois ans. Les initiatives principales ayant contribué à l'atteinte de l'objectif de 45 millions $ en 2015 ont été l'internalisation des petits porteurs et la mise en place de la flotte flexible d'Air Transat. Les initiatives principales ayant contribué à l'atteinte de l'objectif de 30 millions $ en 2016 ont été la poursuite du programme de réduction des coûts chez Air Transat, l'optimisation des coûts d'hôtels et la hausse des revenus accessoires. La Société prévoit des améliorations d'au moins 25 millions $ en 2017.

Vente de Transat France et Tourgreece

Le 21 octobre 2016, les autorités européennes en matière de concurrence ont autorisé la transaction de vente des activités de voyagiste en France (Transat France) et en Grèce (Tourgreece) de la Société à la multinationale de tourisme TUI AG. Le 31 octobre 2016, la Société a donc conclu la vente pour la somme de 63,4 millions € (93,3 millions $), au comptant. Cette somme résulte de l'ajout, au prix initialement annoncé de 54,5 millions €, des ajustements prévus au contrat de vente et déterminés lors de la clôture des comptes au 31 octobre. Il faut toutefois noter que l'acheteur dispose d'un délai de 90 jours ouvrables après la vente pour accepter le prix final avant que celui-ci ne devienne définitif.

La vente se traduit donc par un gain sur disposition de 49,7 millions $ et augmente la trésorerie de Transat au 31 octobre 2016 d'un montant de 68,0 millions $, correspondant au prix de vente diminué de la  trésorerie de Transat France, qui s'élevait à 23,0 millions $, et des frais de transaction payés à cette date.

Au 31 octobre 2015, les activités de voyagiste en France et en Grèce n'étaient pas identifiées comme étant des activités abandonnées, ni comme des actifs détenus en vue de la vente. Ainsi, les états consolidés des résultats et du résultat global comparatifs ont été redressés afin de présenter les activités abandonnées séparément des activités poursuivies.

La cession de Transat France et de Tourgreece ne change rien au programme transatlantique de Transat et n'aura pas d'impact sur les activités d'Air Transat.

Situation financière

Au 31 octobre 2016, la trésorerie et les équivalents de trésorerie s'établissaient à 363,7 millions $, par rapport à 336,4 millions $ à pareille date en 2015. Le ratio de fonds de roulement était de 1,28, par rapport à 1,09, et les dépôts reçus des clients pour des voyages à venir s'établissaient à 409,0 millions $, par rapport à 489,6 millions $ à pareille date l'année dernière; la diminution étant principalement due à la cession des filiales Transat France et Tourgreece. Les ententes hors bilan, excluant les ententes avec les fournisseurs de services, représentaient 710,3 millions $ au 31 octobre 2016, par rapport à 713,7 millions $ au 31 octobre 2015, la diminution reflétant les remboursements effectués au cours de la période, compensée par la signature de baux d'avions et la dépréciation du dollar vis-à-vis du dollar américain.

Perspectives pour le premier semestre

Sur le marché des destinations soleil au départ du Canada, le principal marché de la Société durant l'hiver, la capacité de Transat est inférieure de 3 % à celle offerte l'an passé. À ce jour, 50 % de cette capacité est vendue, les réservations sont en avance de 2,2 % et les coefficients d'occupation sont supérieurs de 3,3 %. L'impact de la faiblesse du dollar canadien, combiné à la hausse du coût du carburant, entraînera une hausse des charges opérationnelles de 3,0 % si le dollar et le coût du carburant demeurent au niveau actuel. Les marges sont actuellement inférieures de 1,5 % à celles enregistrées à pareille date l'année dernière.

Sur le marché transatlantique, où c'est la basse saison, la capacité de Transat est supérieure de 8 % à celle déployée l'hiver dernier. À ce jour, 49 % de cette capacité est vendue, les réservations sont en avance de 10 %, les coefficients d'occupation sont supérieurs de 0,8 % et les prix de vente sont inférieurs de 4,4 %. L'impact de la hausse du coût du carburant, combinée à la variation des devises, entraînera une hausse des charges opérationnelles de 2,7 % si le coût du carburant et le dollar en regard du dollar américain, de l'euro et de la livre demeurent stables. Les marges sont actuellement inférieures de 7,8 % à celles enregistrées à pareille date l'année dernière.

L'hiver dernier ayant été marqué par plusieurs événements importants (crainte du Zika, menace de grève des pilotes et attentats terroristes en Europe), la situation s'était alors dégradée à compter du début de décembre. En comparaison, il est donc possible, malgré les indicateurs évoqués plus haut, que les résultats soient meilleurs que ceux de l'an dernier, une fois la saison complétée.

Informations supplémentaires

Les résultats ont subi l'incidence d'éléments non liés à l'exploitation résumés dans le tableau suivant :

 

Faits saillants et impact des éléments non liés à l'exploitation sur les résultats
(En milliers de CAD)




ACTIVITÉS POURSUIVIES

Quatrième trimestre

Exercice

2016

2015

2016

2015

Revenus

612 111

634 004

2 889 646

2 897 950






Résultat d'exploitation

26 898

57 850

(30 335)

54 791


Paiements forfaitaires convention collective

3 063

--

7 263

--


Charge de restructuration

2 862

--

6 562

--


Amortissement

14 703

12 955

50 038

45 817


Primes liées aux dérivés arrivés à échéance au cours de la période

(1 029)

--

(7 752)

--

Résultat d'exploitation ajusté1  

46 497

70 805

25 776

100 608






Résultat avant charge d'impôts

(2 310)

78 758

(97 374)

61 732


Paiements forfaitaires convention collective

3 063

--

7 263

--


Charge de restructuration

2 862

--

6 562

--


Dérivés liés au carburant et autres dérivés

(30 943)

(19 625)

(6 901)

1 391


Perte sur cession d'une filiale

--

--

843

--


Dépréciation d'actifs

63 899

--

79 708

--


Primes liées aux dérivés arrivés à échéance au cours de la période

(1 029)

--

(7 752)

--

Résultat ajusté avant charge d'impôts2

35 542

59 133

(17 651)

63 123






Résultat net attribuable aux actionnaires

34 920

69 108

(41 748)

42 565


Perte nette (Résultat net) liée aux activités abandonnées

(55 417)

(10 073)

(49 772)

2 355


Paiements forfaitaires convention collective

2 250

--

5 324

--


Charge de restructuration

2 194

--

4 902

--


Dérivés liés au carburant et autres dérivés

(22 649)

(14 387)

(5 049)

994


Perte sur cession d'une filiale

--

--

615

--


Dépréciation d'actifs

63 638

--

75 860

--


Primes liées aux dérivés arrivés à échéance au cours de la période

(753)

--

(5 674)

--

Résultat net ajusté3

24 183

44 648

(15 542)

45 914






Résultat dilué par action

0,95

1,82

(1,13)

1,10


Perte nette (Résultat net) lié aux activités abandonnées

(1,50)

(0,27)

(1,35)

0,06


Paiements forfaitaires convention collective

0,06

--

0,14

--


Charge de restructuration

0,06

--

0,13

--


Dérivés liés au carburant et autres dérivés

(0,61)

(0,38)

(0,14)

0,03


Perte sur cession d'une filiale

--

--

0,02

--


Dépréciation d'actifs

1,73

--

2,06

--


Primes liées aux dérivés arrivés à échéance au cours de la période

(0,02)

--

(0,15)

--

Résultat net ajusté par action3

0,66

1,18

(0,42)

1,19

 

Comptabilité de couverture - La Société enregistre à l'état des résultats les gains ou les pertes résultant de l'évaluation à la juste valeur des instruments financiers dérivés qu'elle utilise pour gérer le risque lié aux fluctuations du prix du carburant d'aéronefs, ainsi que les gains ou les pertes résultant de l'évaluation à la juste valeur de certains instruments financiers dérivés qu'elle utilise pour gérer le risque lié aux fluctuations de taux de change. Au quatrième trimestre de 2016, ceci s'est traduit par un gain hors trésorerie de 30,9 millions $ (22,6 millions $ après impôts), par rapport à 19,6 millions $ (14,4 millions $ après impôts) en 2015. Pour l'exercice, ceci s'est traduit par un gain hors trésorerie de 6,9 millions $ (5,0 millions $ après impôts), par rapport à une perte de 1,4 million $ (1,0 million $ après impôts) en 2015.

La Société utilise au besoin des instruments financiers dérivés pour se protéger des fluctuations du taux de change sur ses charges et/ou ses revenus en devises étrangères. À cet égard, sur la base des normes comptables applicables, les fluctuations résultant de la portion efficace de l'évaluation à la juste valeur de ces instruments qui sont désignés comme instruments de couverture sont comptabilisées à l'état de la situation financière consolidé et à l'état du résultat global consolidé, et non à l'état des résultats consolidé. Au quatrième trimestre de 2016, Transat enregistre un gain de 6,3 millions $ (4,6 millions $ après impôts) sur ces dérivés de change, par rapport à une perte de 13,6 millions $ (10,6 millions $ après impôts) au trimestre correspondant de 2015. Pour l'exercice, Transat enregistre une perte de 17,1 millions $ (12,5 millions $ après impôts) sur ces dérivés de change, par rapport à un gain de 5,5 millions $ (4,0 millions $ après impôts) en 2015.

Sommaire des éléments non liés à l'exploitation - Avant les éléments non liés à l'exploitation, Transat enregistre un résultat net ajusté3 de 24,2 millions $ pour le quatrième trimestre de 2016 (0,66 $ par action) par rapport à 44,6 millions $ au trimestre correspondant de 2015 (1,18 $ par action). Pour l'exercice, la Société enregistre une perte nette ajustée3 de 15,5 millions $ (0,42 $ par action) par rapport à un résultat net ajusté3 de 45,9 millions $ pour la période correspondante de 2015 (1,19 $ par action).

Transat A.T. inc. est une grande entreprise intégrée de tourisme international, spécialiste du voyage vacances et active dans les secteurs du transport aérien, de l'hôtellerie, des forfaits voyages et de la distribution. Agissant principalement au Canada, en Europe, au Mexique et dans les Caraïbes, elle compte quelque 25 pays de destination et distribue des produits dans plus de 50 pays. La société, dont le siège social est situé à Montréal, emploie 5000 personnes. Très engagée dans le développement durable de l'industrie touristique, Transat multiplie les initiatives en matière de responsabilité d'entreprise et est reconnue Partenaire Travelife. Depuis deux ans, l'entreprise se classe parmi les meilleures entreprises citoyennes au Canada au classement annuel de Corporate Knights.

NOTES

Les éléments suivants sont des mesures financières non normalisées selon les IFRS, utilisées par la direction comme indicateurs pour évaluer la performance opérationnelle continue et la performance opérationnelle récurrente.

 

(1)

Résultat d'exploitation ajusté (perte d'exploitation ajustée): Résultat d'exploitation (perte d'exploitation) avant charge d'amortissement, charge de restructuration, paiements forfaitaires liés à des conventions collectives et autres éléments inhabituels importants et incluant les primes relatives aux dérivés liés au carburant et autres dérivés arrivés à échéance au cours de la période.

(2)

Résultat ajusté (perte ajustée) avant charge d'impôts : Résultat avant charge d'impôt (perte avant charge d'impôts) avant variation de la juste valeur des dérivés liés au carburant et autres dérivés, gain (perte) à la cession d'une filiale, charge de restructuration, paiements forfaitaires liés à des conventions collectives, dépréciation d'actifs et autres éléments inhabituels importants et incluant les primes relatives aux dérivés liés au carburant et autres dérivés arrivés à échéance au cours de la période.

(3)

Résultat net ajusté (perte nette ajustée): Résultat net (perte nette) attribuable aux actionnaires avant résultat net lié aux activités abandonnées, variation de la juste valeur des dérivés liés au carburant et autres dérivés, gain (perte) à la cession d'une filiale, charge de restructuration, paiements forfaitaires liés à des conventions collectives, dépréciation d'actifs et autres éléments inhabituels importants et incluant les primes relatives aux dérivés liés au carburant et autres dérivés arrivés à échéance au cours de la période, net des impôts y afférents.

 

Conférence téléphonique

Conférence téléphonique pour le quatrième trimestre de 2016 : le jeudi 15 décembre à 10h. Composez le 1-800-926-9801. Nom de la conférence : Transat. Diffusion Web sur www.transat.com. L'appel sera disponible pour réécoute jusqu'au 14 janvier 2017 au 1-800-558-5253, code d'accès 21806237.

Mesures financières non normalisées selon les IFRS

Les états financiers sont dressés conformément aux Normes internationales d'information financière (« IFRS »). Dans le communiqué de presse, la Société présente parfois des mesures financières non normalisées selon les IFRS. Ces mesures n'ont pas de sens prescrit par les IFRS, et il est donc peu probable que l'on puisse les comparer avec des mesures du même type présentées par d'autres émetteurs. Elles ont pour objet d'apporter de l'information supplémentaire et ne devraient pas remplacer d'autres mesures du rendement préparées en vertu des IFRS. Tous les montants sont exprimés en dollars canadiens, à moins d'indication contraire.

Avertissement en ce qui concerne les déclarations prospectives

Le présent communiqué de presse contient certaines déclarations prospectives à l'égard de la Société à l'effet que les réservations se poursuivront selon les tendances indiquées. En faisant ces déclarations, la Société a supposé que les tendances des réservations et des prix de vente se maintiendront, et que les coûts, les prix du carburant et la valeur du dollar par rapport aux devises étrangères demeureront stables. De même, le communiqué fait référence à des discussions avec les hôtels H10, lesquelles discussions pourraient ou non se conclure par une transaction. Si ces hypothèses se révèlent incorrectes, les résultats réels et les faits nouveaux pourront différer considérablement de ceux envisagés dans les déclarations prospectives contenues dans ce communiqué de presse. Les résultats qui y sont présentés peuvent donc différer sensiblement des résultats réels pour diverses raisons comprenant, sans toutefois s'y limiter, les conditions météorologiques extrêmes, les prix du carburant, les conflits armés, les attentats terroristes, les conditions du secteur du marché et de l'économie en général, l'apparition de maladies, l'évolution de la demande compte tenu du caractère saisonnier du secteur, la capacité de réduire les coûts d'exploitation et les effectifs, les relations de travail, les négociations collectives et les conflits de travail, les questions de retraite, les taux de change et d'intérêt, la disponibilité du financement dans le futur, l'évolution de la législation, des développements ou procédures réglementaires défavorables, les litiges en cours et les poursuites intentées par des tiers, ainsi que d'autres risques expliqués en détail de temps à autre dans les documents d'information de la société.

En soi, ces déclarations prospectives comportent des risques et des incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent grandement de ceux envisagés dans ces déclarations prospectives. La Société considère que les hypothèses sur lesquelles s'appuient ces déclarations prospectives sont raisonnables, mais le lecteur doit se rappeler que ces hypothèses à l'égard d'événements futurs, dont bon nombre sont indépendants de sa volonté, pourraient se révéler incorrectes, puisqu'elles sont soumises à des risques et à des incertitudes qui touchent ses activités. Pour plus de détails au sujet de ces facteurs et d'autres éléments, voir le rapport de gestion pour l'exercice terminé le 31 octobre 2016 déposés auprès des commissions de valeurs mobilières canadiennes. La Société décline toute intention ou obligation de mettre à jour ou de réviser toutes déclarations prospectives, que ce soit à la suite de nouvelles informations, d'événements futurs ou autrement, à l'exception de ce qui est exigé par les lois sur les valeurs mobilières applicables.

 

SOURCE Transat A.T. Inc.

Pour plus de renseignements: Médias : Christophe Hennebelle, Vice-président, Ressources humaines et affaires publiques, 514 987-1660, poste 4584; Analystes financiers : Denis Pétrin, Chef de la direction financière, 514 987-1660


print rss